Education à la danse : LIA GIRAUD
Education à la danse pour 8 plantes télégraphe
Commande du programme européen Epigenesys


L’épigénétique confère à notre génome une certaine plasticité qui permet aux êtres vivants d’apprendre continuellement de leur environnement et de s’y adapter. Peut-on ainsi imaginer optimiser notre code génétique et développer de nouvelles facultés jusqu’alors dormantes? De récentes recherches ont déjà montré les capacités de la sensible Mimosa Pudica  à s’affranchir durablement de sa peur. En développant ses « aptitudes cognitives », la plante télégraphe nous accordera t-elle la prochaine danse?
La plante « Desmodium Gyrans » réalise naturellement des mouvements visibles à l’oeil nu. Cette capacité quasi unique dans le monde végétal lui permet de s’adapter continuellement à la lumière ambiante et peut être stimulée par certaines fréquence sonore. Chaque mouvement induit un bouleversement chimique au sein de la plante, produisant l’émission un signal éléctrique capté par l’électrode placée sur sa tige. Ce système de biofeedback permet ainsi à la plante de contrôler la LED qui l’éclaire. Par le son, le toucher, ou tout autre moyen de communication le public est invité à stimuler cette mobilité, traduite sous la forme d’une récompense lumineuse. Ainsi, l’apprentissage des plantes s’élaborera de façon incertaine durant l’exposition.

Les plantes parviendront t-elle réellement à intégrer cette technologie d’auto-domestication pour défier leur nature?


Ces recherches sont menées dans le cadre du doctorat SACRe PSL Research University,
avec le soutien de l’EnsadLab « Réflective Interaction », du programme « Epigenesys » et de La Paillasse, Laboratoire communautaire et ouvert.


Crédits :
Réalisation : Lia Giraud
Programmation : Guillaume Dumas et Gerard Paresys
Aide à la programmation : Arnaud Fournier
Aide au design : Marcelline Chauveau, Solène Minjean
Conseils en culture Hydroponique : Philippe Gattegno
Interface EEG : OpenBCI