Riffs : LIA GIRAUD

Riff#1,2 et 3

Pellicule photographique animée.
5'20, couleur (2009).



Variations autour de "L'infra-ordinaire"


Ces trois pellicules sont les temoignages de mon trajet quotidien. J’ai cherché, en me réferant au texte de Perec, à définir un language de l’habituel, à en traquer les particularités.
Selon moi l’habituel se definit comme la rencontre parfois hasardeuse de materiaux sensoriels (sons, images, odeurs etc...) qui se diluent , s’hybrident pour definir cette forme enigmatique et impalpable.
J’ai utilisé pour ce projet un lomo, dont je déplaçais «à l’aveuglette» le film, déclanchant à intervalles reguliers l’obturateur. J’ai reproduit plusieurs fois l’experience afin de rendre compte des variations et répétitions que pouvait subir ce trajet ordinaire.
J’ai ensuite animé les pellicules photographiques (comme des bandes de films), comme si elles étaient trois variations d’un meme thème, d’une meme phrase musicale.
J’ai appliqué ce meme procédé à la bande sonore , en utilisant des sons enregistrés sur ce trajet. J’ai arrangé ces trois bandes selon un eventuel évènement, un hasard pouvant faire dialoguer le son et l’image.


Les journaux parlent de tout, sauf du journalier.(...)
Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, le reste, tout le reste, où est il ? Ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, I’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, I’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ?(...)
Interroger ce qui semble tellement aller de soi que nous en avons oublié l’origine. Retrouver quelque chose de l’étonnement que pouvaient éprouver Jules Verne ou ses lecteurs en face d’un appareil capable de reproduire et de transporter les sons. Car il a existé, cet étonnement, et des milliers d’autres, et ce sont eux qui nous ont modelés.(...) Interroger ce qui semble avoir cessé à jamais de nous étonner. Comment ? Où ? Quand ? Pourquoi ? (...)
Il m’importe peu que ces questions soient, ici, fragmentaires, à peine indicatives d’une méthode, tout au plus d’un projet. Il m’importe beaucoup qu’elles semblent triviales et futiles : c’est précisément ce qui les rend tout aussi, sinon plus, essentielles que tant d’autres au travers desquelles nous avons vainement tenté de capter notre vérité."
- Extrait de l'Infra-Ordinaire - Georges Perec -